Quelles sont mes méthodes pour désencombrer facilement mon dressing ?

Comme vous avez pu le découvrir dans ma sélection de shopping automnale, je me penche de plus en plus vers un mode de vie à tendance minimaliste. Cette nouvelle façon de voir ma consommation est passionnante. En effet, le minimalisme consiste à simplifier son quotidien en se déchargeant de tout les objets entassés et inutilisés. Les principes du minimalisme sont de privilégier la qualité à la quantité et de favoriser les expériences plutôt que les possessions matérielles, en ne gardant que les biens matériaux essentiels. Être minimaliste permet de faire le tri sur tout les domaines de sa vie.

Mon envie de débuter un cheminement vers le mouvement minimaliste a eu lieu grâce à la fabuleuse Vicky Payeur, créatrice du blog – Vivre avec moins.

Nous avons accueilli récemment un nouveau meuble dans notre appartement. Ce meuble est mon dressing personnel – comprenant mes vêtements ainsi que mes chaussures. Un tri a été réalisé à la réception de mon meuble, un an après le premier déjà effectué dans ma garde-robe. Je voulais donc, à travers cet article mode de vie, vous partager mon expérience et mes conseils pour effectuer un tri efficace de votre garde-robe.

Désencombrer
 son dressing

Pour commencer mon désencombrement, je démarre par un vide intégral de mon armoire, en mettant toutes mes affaires sur une surface lisse et suffisamment volumineuse, – comme le sol par exemple. Je retire ensuite les cintres de chaque vêtements et les réserve pour une utilisation future. Je veille à mettre mes habits par catégories : les robes avec les robes, les jeans avec les jeans, les jupes avec les jupes et les hauts avec les hauts. Ce système me permet de prendre conscience de la quantité de fringues que je possède déjà. Je peut avoir un aperçu global des pièces que je possède dans ma penderie, en me rappelant parfois de pièces dont je ne me souvenais plus avoir acheté. Le tri débute à ce moment-là.

Lorsque cette première étape est terminée, je vais devoir répondre à certaines questions, afin de désencombrer facilement mon armoire. Est-ce que je porte ce vêtement ? À quelle fréquence ? Est-ce que ce vêtement est semblable à un autre ? Est-ce que je me sens obligée de garder ce vêtement par obligation ou est-ce que cette pièce me donne du bonheur ? Il faut considérer ses vêtements : si vous gardez une pièce dans votre armoire parce que « cette pièce est en bon état » mais que vous ne la portez jamais, vous devriez plutôt donner ce vêtement. Cet habit mérite une seconde vie avec une nouvelle personne qui lui accordera un réel intérêt.

Une fois cette seconde étape de passée, je sépare mes vêtements en trois piles de tri : je garde, je donne et je jette.

Je garde : correspond aux vêtements que je porte régulièrement et qui souligne mes perfections physiques.

Je donne : convient aux vêtements qui sont neufs et qui traînent dans mon armoire.

Je jette : est relié à la catégorie de vêtements qui est usés et importables.

La dernière étape de mon tri consiste à comptabiliser le nombre de vêtements que je possède et à noter ces divers chiffres dans un inventaire, en fonction de chacune des catégories de vêtements dont je dispose dans mon armoire. Cet inventaire me permettra de me faire une idée de la composition de mon dressing et de savoir quelles seront les pièces indispensables à acheter, afin de me créer une garde-robe capsule complète.

Mise en pratique :

Mon dressing est actuellement très minimaliste suite a de nombreux tris. Entre temps, je n’ai que très rarement renflouer mon armoire avec de nouvelles acquisitions, ce qui explique les nombres que vous trouverez ci-joint, dans mon inventaire. Je compte cependant faire quelques achats supplémentaires, pour remplir décemment mon placard. Je vous en parlerais peut-être dans un article bilan de désencombrement, si celui-ci vous intéresse. Je me suis permise quelques libertés, en ne comptant pas le nombre de pyjamas, dessous et chaussettes que je possède.

Mon dressing hivernal est constitué de :

  • 1 manteau à carreaux.
  • 4 pulls.
  • 2 robes.
  • 4 pantalons.
  • 1 jupe.
  • 1 paire de bottines.
  • 1 paire de sneakers.
  • 1 sac à bandoulière.

Mon inventaire me permet une analyse claire de mon coin vêtements. Il faudrait que je me procure des pulls, des pantalons et des nouvelles paires de chaussures. Je ne met que très rarement des jupes et des robes, sauf pour les occasions. Ma jupe est en jean, noire, sobre. Elle sera parfaite dans une tenue décontractée. Une de mes robes est une robe pull avec une coupe quelque peu originale, décontractée. La seconde est une robe habillée, classe, parfaite pour les occasions spéciales. Il me manque très clairement deux paires de chaussures supplémentaires. Une paire de bottines noires serait parfaite. Avoir un seul manteau est suffisant. Et il me faudrait un autre sac dans des tons sobres, afin que il puisse aller avec beaucoup plus de tenues que mon sac à bandoulière grenat.

Une fois cette étape terminée, je range mon armoire. Personnellement, je range mon armoire par couleurs et par pièces. Pour vous donner un exemple, je met tout mes pulls gris les uns à la suite des autres, mes robes grises sont derrières mes pulls gris. Ensuite, je vais mettre tout mes pulls noirs sur cintres et je mettrais mes robes noires à la suite. Et ainsi de suite…


Désencombrer mon dressing a été un choc positif. Je me suis rendue compte que je possédais énormément – trop – de vêtements. Je me suis débarrassée de vêtements que je ne portais pas et que je collectionnais, dans un sens, puisque mon armoire était pleine de pièces similaires. Je me suis rendue compte que, un vêtement pouvait avoir un style différent en fonction de son assemblage avec une autre pièce de mon armoire et que, il est important de combiner nos habits entre eux pour tenter de créer des tenues différentes.

Je me suis, tout de même, retrouvée face à des questionnements avant de commencer mes différents tris. Combien devrais-je, moralement, garder de pièces de chaque catégories ? Ma question reste incertaine, encore maintenant mais, après avoir bien réfléchis, je pense que sept semble être un chiffre parfait. Sept représente les sept jours de la semaine. Sept me permet une rotation parfaite et des lessives espacées. Malgré ces suppositions, il ne faut pas oublier que chaque personne est unique, marche différemment que son voisin et avance en fonction de sa propre allure. Le mieux est de se fier à soi, tout en écoutant, prenant en compte, les conseils des autres.


Pour aller plus loin dans cette recherche de désencombrement minimaliste, je vous propose un lien direct vers le blog de Vicky Payeur, blogueuse, véritable inspiration au quotidien. Cette femme est un modèle et je lui dois mon cheminement. Je vous conseille fortement de visiter son blog et ses autres plateformes de communication, si vous êtes curieux d’en apprendre un peu plus sur le mode de vie minimaliste.

De quand date votre dernier tri et combien de pièces avez-vous dans votre dressing ?

Publicités

Comment gérer son argent et entreprendre un pas serein vers ses projets ?

Cet article a originellement été posté en septembre de l’année dernière, il a subi des modifications importantes et a donc été publié à nouveau. Bonne lecture !

Je reviens ce matin avec un article qui pose la thématique suivante : Comment gérer son argent ? Entreprendre un pas serein vers son avenir et ses projets ? 
Je suis de plus en plus incertaine concernant mon avenir et mes yeux abritent la peur, je ne nie pas les faits. La peur est omniprésente chez moi parce que elle est bercée par les incertitudes quotidiennes. En ce moment beaucoup de choses vont changer en France et notamment dans les finances des français. On décide entre autre de retirer des sous à des personnes qui ne demandent rien et qui veulent mettre de côté pour un meilleur avenir. Une maison ou un projet et pourquoi pas un rêve ? Peut-être même pour obtenir un substitut de retraite, retraite qui sera inexistante pour la plupart des jeunes car les poches sont et resteront vides. Nous trimons pour avoir tout le patrimoine que nous avons et on se permet de nous en prendre une poignée.

Je ne suis pas le genre de personnes à me plaindre régulièrement vis à vis de la vie que je mène puisque ma vie est plutôt classique, je travaille comme tout le monde et je suis en contrat depuis deux mois dans le magasin où je faisais mon apprentissage en vente. Mon avenir me fait tout simplement peur car je me dis que je ne pourrais peut être jamais acheter une maison avec mon compagnon et je me dis que tout cet argent que je touche, que je me fais violence à mettre de côté chaque mois ne me servira peut être à rien construire.

Et si cet argent ne me permettait de rien avoir ?

Et si cet argent ne me permet que de survivre après mes années de labeurs, à la prise de la « retraite » ?

Mon avant moi actuel ne connaissais pas les mêmes craintes et ne se souciais pas de la valeur que ça pouvez avoir.

Je viens de comprendre que pendant deux ans à gagner un salaire minuscule, certes, mais un salaire quand même, mes choix ont été désastreux ! Je me permettais de dépenser la moitié de mon salaire dans des habits que je jetais le mois suivant car je voulais toujours plus. Tout ça sans me soucier une seule seconde de mes gestes et de mon trop vouloir maladif – de manières bêtes et irréfléchies. Rêvant du fait que je serais récompensée par une somme tombant du ciel tout les mois après cinquante années de labeurs au travail – sans jamais une seule fois me dire que je devrais peut-être mettre de côté pour un plus bel avenir. Ça a de quoi foutre les boules, en y repensant !

Je suis devenue une meilleure version de moi-même en décidant de changer mes habitudes envers mon argent. Je me suis intéressée à une créatrice de contenus qui se nomme Vicky Payeur, qui tient le blog et le Youtube minimaliste, « Vivre avec moins — Le minimalisme au quotidien » jeune femme au contenu inspirant et véritable moteur dans tous mes changements. Ses articles sont simples et nous aident vraiment dans la gestion du budget personnel tout en restant encourageants et bienveillants.

En faisant quelques recherches sur les diverses méthodes possibles pour épargner et faire des économies, je me suis vite rendue compte que une de ces méthodes sortait du lot et me convenait. La méthode du 50 – 20 – 30 a alors été un bouleversement dans ma vie. Cette règle me permet un pas serein vers mon avenir, à mon rythme et me permet de faire des économies tout en ne me sentant pas oppressé par les contraintes et en étant libre avec mon argent. La méthode démontre que même avec un salaire minime, on peut faire des économies sur la durée et épargner chaque mois.

Je vous en dis plus dès à présent !

140214_899A08_portrait_HD_1

Cette méthode consiste à définir trois catégories et à départager ces catégories en plusieurs budgets différents en fonction du pourcentage du salaire qui est accordé aux différentes catégories.

La première catégorie est la catégorie des dépenses obligatoires : loyer, courses, assurance voiture, essence. Elle ne doit pas excéder cinquante pour cent de vos revenus.

La seconde catégorie est une catégorie qui convient aux achats futiles  : voyage, vêtements, sorties, coiffeur, esthéticienne. Elle devrait couvrir trente pour cent de vos revenus.

La troisième est une des catégories les plus importantes, économiquement parlant puisque cette catégorie est dédiée aux placements de sous dans les divers comptes que nous pouvons avoir. Elle doit être de vingt pour cent.

Cependant, rien ne vous oblige à vous en tenir à ces pourcentages. Prenons le cas de X qui vit encore sous le toit de ses parents. X ne paye pas de loyer mais X a une voiture, une assurance voiture, il fait ses propres courses et doit mettre du gazoil dans son auto pour pouvoir partir travailler. X a un avantage de taille : il ne paye pas de loyer, ce qui lui permet de mettre trente pour cent de son salaire dans les dépenses obligatoires et quarante pour cent de ses revenus dans un compte dédié à ces économies.

Comme vous pouvez le voir, cette pratique est facile à mettre en place et à reproduire, en ajustant vos divers budgets en fonction de votre salaire.

Je vous conseille aussi fortement de vous mettre au paiement en liquide. Ma carte bancaire ne me sert que quand je dois effectuer des paiements automatiques comme lorsque je met mon essence. Je fais mes courses avec un montant bien précis chaque mois que je retire dès lors que mon salaire est sur mon compte, idem pour mon budget sorties et mon budget habillement. Mes économies se prélèvent directement de mon compte principal à mon compte de placements, à date fixe.

Pour vous donner une petite idée, mon épargne annuelle pour le moment est de 5575 euros, tout comptes confondus.


Merci à vous tous de prendre le temps de lire mon article. Je vous souhaite de passer une bonne semaine,